je me rends compte que la catégorie "je rale" n'est pas très fournie... et pourtant... faudrait pas non plus croire que j'ai bon caractère, ni qu'il n'y a aucune raison de se plaindre en ce moment... au contraire...
tiens, le monde milanais du travail par exemple... j'en ai marre de voir des amis perdre leur boulot alors qu'il y en a, du boulot, juste un gros refus de le rémunérer... j'en ai marre de voir des gens encore en stage pas payé à 28 ans, obligés de rester chez leur parent (et on stigmatise souvent les italiens pour ça) parce qu'incapables de payer un loyer... de voir des gens cumuler 2 ou 3 boulots pour vivre décemment... de voir des gens contraints d'ouvrir une partita-iva (plus ou moins société individuelle) alors qu'ils sont embauchés de manière fixe, juste pour permettre à leur employeur de ne pas leur payer leurs vacances/jours de maladie/congés de maternité... de voir leur salaire de misère que les gens te proposent, alors que le prix de location d'une chambre (petite, la chambre) tourne autour de 500 euros, un studio 700, un deux-pièces 1000 euros...

Hier une ballade à la Triennale pour voir les fabuleuses céramiques de Picasso (jusqu'au 31.01.10) nous a également mené jusqu'à l'expo "la città fragile", avec comme ambition une "reflexion sur les effets de la modernité sur les formes de cohabitation, de sa tendance à l'érosion des formes de relations traditionnelles et du besoin de communauté"... rien que ça... mais en gros un portrait de la société italienne d'aujourd'hui, focalisé sur les aspects sociaux, avec une attention particulière aux personnes qui vivent et travaillent en Lombardie...

167_20091202_001a_640x640

et là, rien ne nous est épargné... de la violence contre les femmes au fort taux de suicide des personnes agées, de l'anorexie (première cause de décès par maladie chez les filles agées de 15 à 25 ans) aux conditions de vie précaires des immigrés... en passant par l'insécurité, la drogue et les travailleurs mineurs... pas de quoi raler disais-je? de quoi vous plomber un samedi après-midi en tout cas, d'autant que la deuxième partie de l'expo, dédiée aux solutions, brillait par son manque de consistance... quelques associations d'aide aux démunis sont présentées, le projet "la contrada degli artigiani" qui fait travailler des jeunes en difficulté avec des artisans dans la région de Come, la création de l'équivalent des chèques-emploi pour que les personnes agées puissent se faire aider à domicile...

En gros, un ensemble de constatations navrantes, et en plus, avec des vieux chiffres... et des prévisions pessimistes en prime...

mostra_citta_fragile_001

mostra_citta_fragile_008

(89.573 familles sans aucun revenu à Milan en 2004, 120.000 familles vivant avec moins de 10.000 euros par an, le revenu moyen des 16-25 ans est de 6.644 euros par an, et à Milan 165.555 personnes de plus de 65 ans vivent avec moins de 15.000 brut par an... si vous faites le parallèle avec les chiffres des loyers que j'ai donné plus haut... vous voyez pas comme un léger problème?...

et pour les prévisions quant au nombre de consommateurs de drogues en 2011, je crois que meme sans traduction c'est compréhensible...

alors oui, je rale, ils m'ont gaché les céramiques de Picasso avec leur expo merdique!

ceramiche_picasso_foto04 ceramiche_picasso_foto15

ceramiche_picasso_foto11 ceramiche_picasso_foto09

ceramiche_picasso_foto06 ceramiche_picasso_foto07