vendredi fut une belle journée! Avec dans l'après-midi la visite d'un endroit découvert en avril 2008 pendant le salon du meuble, la galerie "Le stanze di dimore" (le site internet est également sublime) via solferino,11 à Milan. L'endroit déjà est démentiel... le genre d'endroit dans lequel tu réverais de tirer ton chéquier de ta poche et de dire "combien?"... il s'agit d'un appartement (je ne saurais dire le nombre de pièces, je m'y suis tout comme la dernière fois perdue...) reconverti en galerie. il s'y vend des meubles, des luminaires et des oeuvres d'art, mais le but principal est de faire apprécier au visiteur une certaine capacité à créer une atmosphère particulière, puisque les stanze di dimore réalisent avant tout des aménagements d'intérieur. Et pour ce qui est de l'atmosphère, le pari est gagné... une ambiance à la Carlos Ruiz Zafon, entre niche romantique et palais gothique... des murs, sols et plafonds laissés dans leur jus, des portes et des fenètres en enfilades, des passages, des racourcis, des culs-de-sac... le tout ponctué de pièces de mobilier en matières brutes, ici des sièges en cuir patinés, là un plafonnier en cuivre... une vitre peinte au détour d'un couloir, une suspension de Castiglioni nichée dans une encoingnure, signalée seulement par une étiquette nouée à la poignée du battant d'une fenètre...
Et cette fois-ci en prime, les superbes toiles de Mariacristina Vimercati, dont la limite avec les dessins du mur craquelé reste imprécise...   

IMG_5529

IMG_5442IMG_5443

IMG_5444

IMG_5458IMG_5455

IMG_5467

IMG_5471IMG_5459

Ensuite, un cours de claquettes un peu particulier, puisque l'école de danse menace de supprimer le cours par manque de participants... du coup Elena, notre enseignante, a accepté de réduire son cachet de moitié, et nous de faire de la propagande active, pour que notre cours perdure...

Et enfin, cerise sur le gateau, soirée chez Galdino, artisan restaurateur-encadreur passionné, qui en plus d'accueillir notre groupe dans son atelier et de nous laisser vider des verres de rouge sur des fauteuils grand style, a accepté hier soir de nous ouvrir quelques-uns de ses tiroirs à trésors... car Galdino collectionne les ailes... celles en bois sculpté des angelots, les originaux en platre des sculpteurs, ou encore celles dorées à l'or fin issues de quelque autel, de quelque chandelier ouvragé... avec en moment de grace ces ailes en platre transformant Ettore, le fils de Federico, antiquaire du quartier, en angelot gavé de pièces d'or en chocolat...

IMG_5480

IMG_5472IMG_5473