Hier soir, pris d'une toquade comme ça nous arrive parfois, nous avons décidé de faire des conserves. Et pas n'importe lesquelles s'il vous plait! Des bocaux de "sugo di pomodoro", ou sauce tomate! Et nous voilà partis pour passer une partie de la nuit devant les fournaux, à stériliser les bocaux d'abord, puis couper les tomates les faire cuire les mouliner les refaire cuire, puis mettre en bocaux, et stériliser enfin les bocaux remplis! Ouf! Au petit matin, satisfaction, les couvercles se sont abaissés, preuve que le vide d'air s'est fait, et qu'il n'y a pas à recommencer la dernière opération!

IMG_5188

le problème c'est que maintenant, on s'est tellement amusés en décorant les étiquettes qu'on veut se lancer dans les confitures de prunes, gelées de coings et autres conserves de ratatouille... mais où s'arréteront-ils?

et puis aujourd'hui j'ai mangé japonais pour la première fois... Ouhhh! (je vous entends déjà) comment peut-on n'avoir jamais mangé japonais de nos jours, dans une grande ville de surcroit? Et bien, tout simplement, parce que j'aime bien faire les choses. Or, personne de ma connaissance jusqu'à présent ne s'y connaissait assez  pour me conseiller, vu que rares sont ceux qui font la différence entre le japo, le chinois, le thailandais et le vietnamien... Mais voilà qu'aujourd'hui ma copine So, qui s'y connait en cuisine et en japo, propose d'aller déjeuner au Qor (via elba 30). Alors je l'ai suivie, copiée dans le choix du menu, et... ai trouvé ça très bon! (et pourtant je suis plutot critique). Au menu  miso soup, salade et uramaki. A retenter donc, pour essayer les autres plats...

ce soir, vernissage et expo au spazio anzitempo, pour d'autres installations mindcube.

et pour finir dans le ton de la conversation de ce midi, tendance poisson et religion, un petit proverbe chinois trouvé là: "On peut aussi bien prier une sardine, ce n'est qu'une question de foi."